Mississippi burning

Mississippi burningAutrefois, on aurait appelé ça en français «Mississippi en feu» ou «Flammes sur le Mississippi». Ces brasiers sont ceux des allumés du Ku Klux Klan, qui illuminaient en ce temps-là les nuits du Sud. On est en 1964, quelques étudiants venus inciter les Noirs à exercer leur droit de vote ayant été assassinés par les cagoulés, le FBI envoie sur place deux enquêteurs, exaspérant évidemment les autochtones. Devant l’hostilité des ploucs, nos deux flics réagissent très différemment. L’aîné, Sudiste lui-même, connaît la mentalité locale dont son chef, jeune juriste idéaliste, refuse de tenir compte. Le film d’Alan Parker, à travers le personnage de Gene Hackman, a le mérite de remonter aux racines du racisme, sans indulgence, mais sans illusion. D’essayer de comprendre pourquoi les «pauvres Blancs» soutiennent le KKK. Et si Gene Hackman est formidable comme toujours, c’est la vraie révélation de Willem Dafoe (ex-Christ de Scorsese) qui pourrait devenir un nouveau Henry Fonda. Suspense, angoisse, violence, le tout parfaitement agencé par l’auteur de «Midnight express».

Les accusés

Les accusésDécidément, Jodie Poster n’en sortira jamais. Vamp miniature perverse de «Bugsy Malone», prostituée mineure de «Taxi driver», idole du taré qui tira sur Ronald Reagan, la voilà de nouveau dans une affaire très chaude. Son rôle Sarah Tobias, victime d’un viol collectif public, dans l’arrière-salle d’un bar. L’avocate qui prend l’affaire en charge, Katryn, c’est Kelly McGillis (dont on sait qu’elle a été, dans la vie, victime d’un viol crapuleux, bien plus horrible que celui du film). Katyn préfère éviter le procès, négocié avec la partie adverse. Mais pour de nombreuses raisons, ce n’est pas l’avis de Sarah, qui s’acharne, et dont le jusqu’au-boutisme va mettre en péril la carrière de son avocate. Car la plaidoirie sera difficile, étant donné que Sarah était une sacrée allumeuse… Ce qui n’est pas une excuse, mais n’empêche que «The accused» («Les accusés» au masculin en français) ce sont aussi, paradoxalement, les deux femmes qui luttent ici pour un principe. Une affaire complexe, parfois douteuse, qui montre encore une fois les aléas de la justice.

Categories: Bateau

Tagged in:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>