Le roi des grizzlys

Le roi des grizzlysMadame Ourse traverse le grand Nord canadien accompagnée de ses deux oursons. Ces derniers, joyeux, découvrent le territoire où leur maman est née… Mais madame Ourse ne sait pas que « l’homme » vit dans la région. L’ouest des Rocheuses est envahi par des troupeaux de bovins, dont celui du capitaine Pearson. Prudente, la jeune maman part en éclaireur. Mais hélas, le petit ourson, curieux, échappe à la surveillance de sa sœur et s’enfuit. Il sera malheureusement le seul survivant, car l’homme et les grizzlys ne sont pas faits pour s’entendre. C’est alors que commence la grande aventure de celui qui deviendra le roi des grizzlys… Ce film peut être pris pour un documentaire. Rien ou presque ne laisse entendre que c’est une histoire. Toutefois, les premières scènes s’enchaînent autour d’une série de péripéties. Mais après dix minutes, plus rien. Un narrateur explique les faits et gestes de Whab, l’ourson. Il semble vouloir nous faire patienter jusqu’à l’apparition du mot « fin ». Sa voix, quelque peu soporifique, provoque chez le spectateur une irrésistible envie d’appuyer sur le bouton « stop » du magnétoscope. N’en faites rien, ce documentaire est malgré tout intéressant. Cette production Walt Disney ne plaira qu’aux amoureux des bêtes, les autres feront mieux de s’abstenir.

J’ai 13 ans très envie

Céline Vincent, 13 ans et demi, lycéenne, est passionnée de chanson, de cinéma et de vidéo. Elle nous parle de ses coups de cœur « audiovisuels » du mois…Salut à tous. Un tas de bons films vous attendent dans votre vidéoclub. « Le fauve » avec Burt Reynolds, satisfera les amateurs de films policiers, ainsi que « Les invitations dangereuses », d’après Agatha Christie. avec Raquai Welch, James Coburn et James Mason.J'ai 13 ans très envie Un scénario et une intrigue bien menés. Si vous préférez le genre fantastique. « Inferno » est assez décevant pour un Dario Argento, par rapport à « Ténèbres » et autres… Vous allez me dire : « Les vacances sont faites pour se détendre, non ? » Dans ce cas, je vous répondrais que « Circulez, y’a rien à voir » m’a beaucoup étonnée car Michel Blanc est très drôle, ainsi que Jase Birkin. Dans un humour très différent, Ce plaisir qu’on dit charnel pour moi un très grand film, nous dévoile un Jack Nicholson formidable, Candice Bergen et Ann Margret éblouissantes et Art Garfunkel qui ne fait pas que de la musique. En revanche, l’humour anglais de « Monty Python » m’a relativement déçue, si bien que je n’ai pas vu le film jusqu’au bout (ce qui veut tout dire !). Toujours avec Jack Nicholson, « Le retour des anges de l’enfer » qui nous conte l’épopée des Hellsangels de San Francisco passionnant. Encore (!) avec Jack Nicholson « Shining » (enfin !) vraiment fabuleux, par le génial Stanley Kubrick. En attendant, « Johnny s’en va-t-en guerre », qui est sûrement un film superbe et triste, ne m’est pas apparu comme dur du tout… par rapport à « Elephant man ». Ceux qui préfèrent le cinéma peuvent aller voir, avec « Shining », « The lift » (l’ascenseur) qui vraiment vous file des frissons pendant deux heures ! Ainsi que « Scarface » de Palma, avec Al Pacino. Quant à notre chère vieille télé, elle a eu enfin le génie de nous diffuser des petites merveilles « La poursuite impitoyable », « Casque d’or » (que tu es belle Simone !), « L’argent des autres » et le « Feu follet » avec le fantastique et regretté Maurice Ronet, « La chair de l’orchidée » (spécial mais très bon), « Le boucher » (super) et « La plus belle soirée de ma vie ». Il ne me reste qu’a vous dire au revoir et « au mois prochain, si vous le voulez bien ! ».

Categories: Bateau

Tagged in:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *