Femmes au bord de la crise de nerfs

Femmes au bord de la crise de nerfsBranle-bas de combat chez Pepa son amant Ivan, acteur travaillant comme elle dans le doublage de films, lui a laissé un message sur son répondeur. Il la quitte. Plutôt que d’attendre un appel qui ne vient pas. Pepa décide de réagir, de changer d’appartement. Et voici d’autres femmes qui déboulent chez elle en catastrophe : Candela, qui vivait sans le savoir avec un terroriste, et puis Lucia, une ancienne maîtresse d’Ivan, dont elle a eu un fils, et qui s’est évadée d’un hôpital psychiatrique pour… tuer Ivan ! À partir de là, on entre, on sort, on trépigne, on se joue des tours pendables, la situation dégénère, tout cela ressemble beaucoup à une pièce de théâtre : un vaudeville rajeuni par Pedro Almodovar, nouveau chef de file du cinéma espagnol, qui se révèle ici plus proche d’Edouard Molinaro que de Jacques Doillon. Les actrices sont belles et vives, et on ne s’ennuie pas. Il va falloir compter avec nos voisins du Sud.

New york stories

New york storiesDans la grande tradition du film à sketches, qui additionne les talents puis les divise plutôt qu’il ne les multiplie, on a réuni ici trois grands du cinéma américain, qui n’ont rien de commun si ce n’est d’être réfractaires à Hollywood, pour plancher sur le thème «New York». Comme toujours, ceci permet de jouer au petit jeu des préférences. All degré zéro, Coppola, qui a tricoté un sujet de comédie confuse et inutilement sophistiquée autour d’une petite fille riche («La vie sans Zoé»). Puis Woody Allen, qui développe sur la durée d’un court métrage une idée assez cocasse, l’envahissant fantasme de la mère juive abusive étendu à la dimension d’un cauchemar urbain («Le complot d’Oedipe»). Mais le meilleur est plutôt du côté du sketch de Martin Scorsese («Apprentissage»), description sans aménité du milieu artistique de Greenwich Village à travers l’aventure d’un peintre qui désespère de trouver l’inspiration et ne réussit à créer que sous l’emprise de la douleur, lorsque sa petite amie le quitte c’est fort, juste, amer, réussi.

Categories: Bateau

Tagged in:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>